Secteur social et medico-social | “Un sentiment de colère apparaît”

Henri Rami, directeur de l’Uriopss Aquitaine, plus grand réseau associatif social régional, fait part de l’exaspération qui s’installe au sein des personnels du secteur social non lucratif pris en étau entre les contraintes budgétaires.

uriopss-aquitainePourquoi votre organisation estime-t-elle qu’il n’y a pas assez de solidarité dans le pacte de responsabilité ?

Le pacte de responsabilité est destiné à favoriser la compétitivité des entreprises et ne concerne donc pas directement les associations. Nous ne bénéficions d’aucunes de ces mesures comme par exemple le crédit d’impôt compétitivité emploi. Quant à dire que ce pacte de responsabilité va changer les choses, je suis plus que sceptique. Nous constatons qu’aucune mesure n’a été prise pour améliorer le sort des plus fragiles. Sur le plan régional, cela se traduit par des ressources en moins pour les associations. Très concrètement pour nous, la TVA a augmenté. En 2015, nous serons touchés par la fin de l’exonération de la taxe transport (1). Cela a été chiffré avec un coût de près de 500 millions d’euros pour l’ensemble de notre secteur. Pour une association de mo­yenne importance représentant 200 salariés sur quatre établissements, cela se chiffrerait en année pleine à quelque 90.000 euros, ce qui est énorme, compte tenu du fait que son financement n’est pas assuré.

Vous évoquez un effet ciseaux entre une demande sociale qui croît du fait de la crise et une baisse des financement publics…

Il y a un déphasage complet. Le gouvernement entame une politique de rigueur à l’égard des associations de solidarité au moment même où ces associations sont débordées par la demande. C’est comme s’il se produisait une épidémie et qu’au même moment, on supprimait des lits d’hôpitaux. Mais nous ne pouvons nous laisser gagner par le découragement. Quand des SDF ta­pent à votre porte, vous ne pouvez pas les laisser dehors sous prétexte que vous êtes découragés. Mais quand même, c’est le ras-le-bol. Il y a une certaine colère qui commence à poindre. Il n’y a aucune cohérence dans cette politique.

 

L’un de vos responsables nationaux a parlé de « maltraitance du monde associatif » …

Depuis 2009, ce sont les pouvoirs publics qui déterminent les besoins, les réponses à y apporter et les financements. Cela a produit la politique des appels à projets. Et tout le monde est appelé à y répondre. Aussi bien le secteur associatif non lucratif que le secteur lucratif ou même les sociétés étrangères avec l’ouverture européenne. Nous sommes vraiment passés à une logique de marché et consommation. Que l’on puisse faire de l’argent avec la solida­rité, cela pose quand même question… Ce cadre général représente déjà une maltraitance. Autre maltraitance institutionnelle : jusqu’à présent, en matière d’élaboration de budget prévalaient les procédures contradictoires, c’est-à-dire que les associations proposaient un budget, soit au conseil départemental, soit à l’ARS, lesquels donnaient ou non un accord. Aujourd’hui, il n’y a pratiquement plus de débat, au nom de la convergence tarifaire qui, dans sa mise, en œuvre est aberrante.

Vous décrivez une situation bloquée…

Depuis 10 ans, le secteur social et médico-social était l’un des rares secteurs créateurs d’emploi, avec une progression annuelle d’environ 2,5%. Depuis 2 ans, cette progression s’est arrêtée et il y a même eu l’année dernière 8.000 suppressions d’emplois d’aide à domicile au plan national. Je vais caricaturer : c’est une question d’argent. Or de l’argent, on sait qu’il y en a…

(1) Le versement transport (VT) est une contribution locale des employeurs qui permet de financer les transports en commun. Elle est recouvrée par l’Urssaf au titre des cotisations sociales pour être reversée aux autorités organisatrices de transports (commune, département, région, etc.).

LIRE AUSSI

Uriopps, 1ère force régionale dans le champ du social et du médico-social

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *