“Niort aura sa maison de l’ESS”

jp_martinLa Maison de l’ESS va ouvrir ses portes à Niort. Jean-Pierre Martin, gérant de la Scic ECN, structure pilote du projet, avec son écosystème PTCE, en retrace la genèse et l’aboutissement.

ESI : Avec le salon national de l’ESS, Niort va vivre un autre événement en octobre avec l’ouverture de la Maison de l’économie sociale et solidaire…

Jean-Pierre Martin : « Disons plutôt que la Maison de l’ESS sera accessible à compter du 1er octobre. Mais elle ne sera opérationnelle qu’à la fin de l’année, l’inauguration officielle aura lieu en janvier. »

Quelle est l’origine du projet ?

« Niort est une des capitales de l’économie sociale et solidaire, avec cette image forte portée par les mutuelles niortaises et feu la coopérative Camif. A la chute de la Camif en 2008, les élus niortais se sont adressés à la chambre régionale de l’économie sociale et solidaire (Cress) – j’en étais alors le président – avec cette question : qu’est-ce qu’on fait pour recréer de l’emploi dans l’ESS à Niort ? Pascal Duforestel, qui était alors l’élu chargé des activités économiques à la CAN, m’a proposé de créer une pépinière dédiée à l’ESS. Ma réponse a été oui, bien sûr ! Depuis la chute de la Camif, nous avions constitué un groupe de 15-20 personnes qui s’est réuni une fois tous les mois et demi pendant 4 ans. La réflexion a été menée au sein de ce groupe pour aboutir à cette Maison de l’ESS, située rue Sainte Claire Deville et qui, avec le siège de l’Union régionale des Scop déjà en place, va constituer le pôle de l’économie sociale et solidaire niortais. »

Comment sera-t-elle organisée ?

« La pépinière qui abritera des entreprises de l’ESS en phase de démarrage occupera le RdC. A l’étage, seront disposés les sièges locaux de têtes de réseau de l’ESS. La Maison de l’ESS abritera également un hôtel d’entreprises, avec des bureaux à temps partagé, destinés à des acteurs et des entreprises de l’ESS souhaitant s’implanter à Niort et qui pourront en outre y disposer d’une boîte postale. »

La Scic en est en quelque sorte le maître d’ouvrage. Quel est le lien avec le PTCE ?

« La Scic Elan Coopératif niortais a été créée, d’abord sous forme d’association, par l’ensemble des acteurs de l’ESS qui ont porté le projet et par les collectivités qui s’y sont associées. On les retrouve dans l’organisation en collèges de la Scic. L’ensemble des collèges assume la gouvernance de la Scic dont je suis le gérant. L’objectif est de faire du développement économique avec une vraie logique entrepreneuriale, dans le cadre du PTCE. »

Quel est votre modèle économique ?

« La Scic s’inspire des clusters, des consortiums en Italie et de l’expérience de Mondragon, ce conglomérat de coopératives au Pays basque espagnol, une réussite mondiale, avec qui nous avons travaillé. L’objectif est de travailler sur la multiactivité, et, ce qui est une originalité, sur la transversalité, plutôt que sur la verticalité par activité ou par branche. Nous sommes persuadés qu’il y a là un gisement d’emplois important, en mariant les activités, en organisant les éventuelles complémentarités et en pariant sur la mutualisation. En d’autres termes, ce qu’on appelle l’innovation de rupture. Ce n’est pas facile, mais nous y croyons. »

Lire aussi Elan autour du PTCE Niortais

Jean-Pierre Martin, 71 ans, figure de l’ESS régionale, empile les casquettes “au service de cette cause”: vice-président de la Cress Poitou-Charentes, vice-président de l’Urscop – ayant créé et dirigé ECF (Ecole de conduite française)-Cerca, la plus grande Scop de la région-, vice-président du comité de bassin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *