“Nice-Matin”, retour à la case coopérative

Nice-MatinA l’image de ce qui vient de se passer à “Nice-Matin”, les reprises sous forme de coopératives sont souvent saluées comme des victoires. A juste titre, puisque les salariés prennent leur destin en main, en sauvant une grande partie des emplois.

Ce sera le cas avec “Nice-Matin” : le montage de la société coopérative d’intérêt collectif (Scic), validé par le tribunal de commerce de Nice, se soldera par 159 départs « volontaires »  (un peu moins de 15% des effectifs), mais sans aucun licenciement. Cette solution renforce en outre l’indépendance des rédactions de “Nice-Matin”.

Ce qui avait été l’une des raisons pour laquelle ce journal avait déjà adopté un statut coopératif à sa création en 1945 sous la forme d’une Sapo (société anonyme à participation ouvrière). Comme beaucoup des titres ressuscités à la Libération. Ce statut a été peu à peu abandonné au fur et à mesure des besoins en capitalisation de ces « empires » de presse.

Comme notamment, en 2009, pour un autre fleuron de la presse régionale, la “NR” (Nouvelle République du Centre-Ouest).
PB (ESI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *