L’économie peut-elle être positive ?

Jacques-AttaliTravailler dans l’intérêt des générations futures…

Une économie fondée sur un « altruisme ration­nel ». Pas si utopique que cela aux yeux des quelque 450 entreprises, entrepreneurs sociaux, responsables politiques, dirigeants d’ONG et universitai­res réunis lors du Forum de l’économie positive.

L’avènement d’une société positive : Jacques Attali, président de Planet Finance, y croit. L’économiste a coordonné le manifeste qui est à l’origine du LH Forum de l’économie positive. Un événement qui a réuni au Havre (du 24 ou 26/09) plusieurs centaines d’entrepreneurs, sociaux ou non, et de dirigeants politiques et d’organisations les plus diverses autour de l’idée de « travailler dans l’intérêt des générations futures ». Un objectif de nature, selon ces personnalités qui n’ont rien de doux rêveurs, à résoudre les multiples crises qui nous accablent : désordre écologique, crises financières, etc. Pour eux, faire preuve d’altruisme n’est nullement être « désintéressé ».

Jacques Attali estime d’ailleurs qu’une telle écono­mie positive, en portant son effort sur l’amélioration du système éducatif et sur la formation tout au long de la vie, contribuerait à faire baisser le chômage, alors que, remarque-t-il, « le système actuel n’accorde aucune prio­rité au long terme » (Le Monde). L’autre axe de son raisonnement repose sur la réduction de la dette publique. « L’économie posi­tive doit se battre contre la tyran­nie de l’immédiat ». Jacques Attali avance que l’indicateur de positivité devrait être débattu au même titre que les statistiques de la dette publique ou le Pisa (programme international pour le suivi des acquis), selon lequel la France est si mal classée. Notre pays ne l’est guère mieux en matière de positivité, occupant le 18ème rang mondial selon ce critère, loin derrière les pays scandinaves, premiers de la classe. On relèvera néanmoins que la part de l’investissement res­ponsable est passée en Europe, depuis 1999, de 0,1% à 10% et pourrait atteindre 30% d’ici 2030.

Manifeste pour une société positive », coordonné par Jacques Attali, ed. Mille et une nuits, 74 p., 3 €.

Le Monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *