La révolution Rifkin…

RifkinL’économiste américain Jeremy Rifkin publie un essai qui prévoit un dépassement du capitalisme d’ici une cinquantaine d’années, sous l’effet de la 3e révolution industrielle (combinaison du numérique + coût marginal zéro + « communaux collaboratifs »). On prend les paris…

L’émergence d’un nouveau monde innervé par les réseaux sociaux, l’innovation et la culture du partage. Un nouveau système de production et de consommation fondé sur les « communaux collaboratifs ». Une troisième voie, proche d’une certaine idée de l’économie sociale, fondée sur l’intérêt de la communauté, plutôt que la satisfaction de désirs indivi­duels, rendue possible par la 3ème révolution industrielle – celle du numérique et de l’Internet – et autorisant un dépassement du dualisme capita­lisme/socialisme. Lequel capitalisme que l’on pensait triomphant et qui n’aurait guère qu’une petite cinquantaine d’années pour s’adapter ou disparaître… C’est à grands traits la thèse, pour ne pas dire l’oracle, développée par Jeremy Rifkin dans son dernier essai (1), et dans les entretiens qui accompagnent sa sortie (Le Monde, Télérama). L’économiste américain ana­lyse le présent pour deviner le futur, en s’appuyant notamment sur l’essor de l’entrepreneuriat social et le nouvel élan coopératif. Il esquisse une société en route vers un modèle hybride, en quête de nouvelles va­leurs sociétales et environnementales. Ce qui a mis la puce à l’oreille de l’essayiste, c’est ce paradoxe méconnu, pourtant à la source du succès du capitalisme et qui pourrait aussi occasionner son «éclipse » : le coût marginal zéro.

La révolution technologique permettrait de réduire ce coût marginal à presque zéro, rendant les objets et services « virtuellement gratuits et abondants » et possible la production et l’échange de flux par les particuliers, via l’internet des objets (conne­xion des réseaux de communications, d’énergie et de transports). Cette mutation en cours favorise l’essor de l’économie du partage, mais dans un premier temps met aussi fin au (plein) emploi dans nombre de secteurs (exemples : l’industrie de la musique et la presse écrite). Rifkin passe (un peu) ra­pidement sur ce point, préférant mettre l’accent sur la question stratégique de la gouvernance du big data (l’ensemble des données disponibles) et la neutralité du Net (l’égal accès aux tuyaux quel que soit son niveau d’investissement).

(1) Coût de production d’un objet ou d’un service une fois absorbés les coûts fixes, c.a.d. les coûts indépendants de l’activité (foncier et autres).

“La Nouvelle société du coût marginal zéro”, de Jeremy Rifkin, Ed. Les liens qui libèrent, 512 pages, 26 euros.

« Une société en route vers un modèle hybride, ni socialiste, ni capitaliste » Télérama

http://www.lemonde.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *