La MGEN évolue au rythme de la société

MGEN2Les militants de la MGEN étaient réunis fin novembre à Poitiers pour la «régionale » semestrielle : une rencontre pour faire le point sur l’évolution stratégique de la mutuelle avec notamment une offre globale, répondant à la fois à l’évolution de la société et au souhait de ses adhérents, tout en maintenant sa « référence solidaire ».

 

Deux fois par an, les militants de la MGEN se retrouvent pour une « régionale », l’occasion de faire le point sur la vie de la mutuelle. Pour les militants de la région Poitou-Charentes-Limousin (découpage calqué sur celui de la sécurité sociale), le rendez-vous avait été pris les 26 et 27 novembre au Futuroscope à Poitiers (1). Alain Hernandez, vice-président national, assistait aux débats, en compagnie d’autres délégués et administrateurs nationaux (dont Yves Chausset, chargé de la région Poitou-Charentes-Limousin), auxquels s’étaient joints une cinquantaine de militants venus des 7 délégations départementales concernées.

MGEN1A l’ordre du jour de cette Régionale  : le projet stratégique et le système contributif de la mutuelle. En premier lieu, il s’agissait de faire le point, comme l’a expliqué Alain Hernandez (photo *), sur « le grand virage » représenté par la mise en place de l’offre globale, Mgénération Initiale, regroupant santé, prévoyance et action sociale. « Nous avons pris en compte à la fois l’évolution de la société – la MGEN s’adaptant à la réalité économique et sociale du pays-, et l’attente des jeunes collègues qui nous rejoignent en début de carrière », a commenté le vice-président délégué.

 

Un des grands acteurs de l’ESS

 

23% des adhérents ont aujourd’hui moins de 35 ans et 82% d’entre eux sont des femmes. Ils sont confrontés à une problématique de « reste à vivre », autrement dit une plus grande exposition aux difficultés économiques, et ils sont demandeurs de tarifs négociés, notamment via les réseaux de praticiens conventionnés.

La mise en place de cette offre globale a d’ailleurs connu un indéniable succès avec quelque 50.000 adhésions pour la première année.

Autre évolution notable : la prise en charge des dépassements d’honoraires, « un combat perdu » par la MGEN qui s’y opposait traditionnellement, concède Yves Chausset, la mutuelle ayant le souci de ne pas pénaliser ses adhérents et de garantir l’accès aux soins, tout en maintenant ses avantages concurrentiels.

Un effort qui passe également par l’amélioration des services, politique qui vient d’être récompensée notamment par l’attribution d’une norme Afnor « engagements de service », concernant 116 des centres MGEN et plus de 3.500 salariés.

Enfin, l’actualité de la MGEN est été marquée cet été par l’adoption de la loi cadre relative à l’économie sociale et solidaire. La mutuelle qui en est l’un des « poids lourds », s’est en félicitée, estimant qu’elle favoriserait une fois les décrets d’application publiés un « développement économique équilibré ».
La MGEN, dont les administrateurs sont élus à chacun des échelons par ses adhérents, est l’un des grands acteurs de l’ESS au plan national, mais aussi localement, impliquée dans ses réseaux et instances professionnelles (dont la Mutualité française, les chambres régionales de l’économie sociale et solidaires, l’Udes, etc.)

(1) Le 26 novembre, une intersyndicale des salariés de la MGEN appelait à une grève nationale en préambule des négociations annuelles obligatoires.

La prochaine régionale se tiendra les 20 et 21 mai 2015 à Meyrignac-l’Eglise (Corrèze)

LIRE AUSSI

Deuxième mutuelle santé française

 

(*) De gauche à droite : Alain Hernandez, vice-président national de la MGEN; Yves Chausset, administrateur national en charge de la région Limousin-Poitou-Charentes, et Yves Lugan, président de la section de la Vienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *