ESS | Passation à la Cress Poitou-Charentes

http://ecosocial-info.com ESS économie sociale innovation sociale Aquitaine Poitou-Charentes

Pierre-Yves-Boutin

Pierre-Yves Boutin, vice-président de la Ligue de l’enseignement du Poitou-Charentes, vient de succéder à Daniel Arsicot, à la présidence de la chambre régionale de l’économie sociale et solidaire (ESS). P.-Y. Boutin a été élu à l’occasion du conseil d’administration du 17/12 pour un mandat de 2 ans à la tête de l’entité transversale de l’ESS dont le rôle est conforté par la loi cadre. D. Arsicot, délégué MGEN, qui reste membre du bureau, a vu son mandat de 5 ans marqué notamment par le succès en octobre du premier salon natio­nal de l’ESS à Niort. Ce qui vaudra à la région de se voir reconfier l’organisation de la prochaine édition (sous réserve de l’accord définitif de l’ensemble des partenaires de la Cress, avec une officialisation attendue pour fin février).

LIRE AUSSI :

– Un nouveau président pour la CRESS Poitou-Charentes (site de la Cress)

– L’interview de Daniel Arsicot dans « EcoSocial Info » (archives)

ESS en Poitou-Charentes, les chiffres
L’Observatoire régional de l’économie sociale et solidaire (Oress), département de la chambre régionale de l’ESS du Poitou-Charentes (Cress), vient de publier les chiffres clés 2014 de l’ESS dans cette région. Ce document de 16 pages (1) reprend les données statistiques mises à jour et déployées sous divers angles. Il vient compléter le panorama de l’innovation publié en octobre au moment du salon national de l’ESS de Niort. Ces données sont déclinées au niveau des 9 communautés d’agglomération. En synthèse : l’ESS en Poitou-Charentes « pèse » 13% de l’emploi salarié (71.883 salariés, 1,90 Mds € de rémunérations brutes distribuées, 7.007 établissements employeurs).
(1) Disponible en format pdf en téléchargement sur le site de la Cress

3 comments for “ESS | Passation à la Cress Poitou-Charentes

  1. Nicolas KARR
    21/01/2015 at 17:19

    Comment comprendre que la CRESS PC soit aux mains d’instituteurs ? que connaissent-ils à l’économie ? Quelle légitimité ont ces gens la (en dehors d’une grande disponibilité liée a leur statut professionnel).
    A la différence d’autres CRESS dirigées par des entrepreneurs (le terme contient une racine « entreprendre »), en Poitou-Charentes, il ne se passe… rien !
    Voila, juste un coup de gueule d’un (vieux) militant de l’ESS dépité qu’ici aussi certains se sentent obligés d’occuper des postes juste pour jouir du pouvoir, pas pour l’exercer… Triste époque et quel exemple pour nos jeunes de voir que ce sont toujours les mêmes qui phagocytent les postes de l’innovation en appliquant les méthodes d’hier.

    • Marie JO Pécout-Vrignon
      22/01/2015 at 12:37

      Bonjour Monsieur,

      C’est avec respect et bienveillance que je vous écris.

      « que connaissent-ils à l’économie? »
      Certains enseignants sont professeurs d’économie avec de vraies compétences d’économistes. D’autres ne le sont pas et activent leurs compétences transversales, travaillent avec des commissions composées d’économistes.

      « en dehors d’une grande disponibilité liée a leur statut professionnel »
      Pour avoir été institutrice et aussi directrice d’école (9 ans), je vais vous donner mes horaires professionnels :7h du matin 18h- 21h -23 ou minuit pour les corrections et les préparations (entre autre correction de 30 rédactions hebdomadaires), les relations avec les parents, les équipes éducatives locales, les collègues.

      Je vous souhaite de bonnes années.
      Cordialement
      Marie Jo Pécout-Vrignon

      • Nicolas KARR
        23/01/2015 at 11:50

        C’est avec beaucoup de respect et de bienveillance que je vous réponds. Je suis heureux de constater que c’est (encore) un enseignant qui vient donner des leçons d’économie. Dont acte, mais comme vous le savez bien « en théorie ça marche…. ».
        Alors parler et enseigner l’économie c’est une chose ; la mettre en œuvre c’est BEAUCOUP plus compliqué. Et on voit fort peu d’enseignants se lancer dans le monde cruel de la compétition non subventionnée.
        Maintenant sur le fond : et si l’école éduquait nos enfants, ce qui me semble être son cœur de métier et laissait aux gens compétents le soin de développer l’économie ? Les vaches n’en seraient que mieux gardées et probablement aurions nous de meilleurs résultats aux enquêtes PISA.
        Juste une dernière précision : comme Vous, je suis engagé dans le monde associatif (et en plus en ce qui me concerne, politique) et constate toujours avec plaisir le grand nombre d’enseignants investis. Maintenant à vous lire, et avec les horaires que vous semblez avoir, je ne comprends vraiment pas comment ils arrivent à se libérer aussi facilement.
        Je vous souhaite néanmoins une bonne retraite (bien méritée après tant d’heures sur le terrain) et un développement harmonieux de la Nef et des Cigales en Charente.
        Cordialement,
        Nicolas KARR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *