ESS : des jeunes, des souris et des éléphants

Dominique-GuizienMilitant écologiste breton et fervent défenseur de la cause ESS, Dominique Guizien n’en tire pas moins dans son blog un bilan critique des « illusions et désillusions de l’économie sociale et solidaire ».
Dominique Guizien, haut fonctionnaire et militant associatif (ancien candidat EELV aux législatives) réa­git dans son blog une enquête de “L’Etudiant” faisant état de l’appétence des jeunes générations pour l’économie sociale et solidaire et le gisement d’emplois représenté par l’ESS.

Cet ancien énarque, ami du sociologue tiers-mondiste suisse Jean Ziegler, estime qu’ils vont au devant de « quelques désillusions », même s’il reste des « raisons d’espérer ». En particulier après l’adoption de la loi Hamon qui « rebat les cartes et remet au goût du jour les principes qui sont à l’origine du mouvement sans pour autant lever toutes les ambiguïtés ». Dominique Guizien le concède : « Les jeunes “kiffent” l’ESS ». Mais, ils risquent de ne pas trouver dans leurs études « une réponse adéquate à leurs aspirations généreuses ».
Pourquoi ce scepticisme ? Ce militant écologiste remonte à la construction du mouvement de l’économie sociale dans les années 80, on parlait alors de « tiers secteur » entre modèle capitaliste et secteur public-étatique. Le philosophe Patrick Viveret distinguait alors les « éléphants », les poids lourds de l’ESS qui s’affirmaient en tant que force économique, des « souris », les associations de 0 à 1 salarié et les « micro-Scop » qui se contentaient de plaider pour une reconnaissance de leur utilité sociale et de leur rôle dans le développement des territoi­­res.

“L’hypocrisie des fameux 10% de l’économie”

 Un clivage qui subsiste 20 ans plus tard, selon le blogueur, en dépit de la loi ESS. Et de stigmatiser « l’hypocrisie » des « fameux 10% de l’économie dont se gargarisent les tenants de l’ESS institutionnelle», structures reconnues statutairement a priori, « sans qu’il leur soit besoin de démontrer leur réelle vertu ». Le regard critique de Dominique Guizien se porte alors sur les dérives de gouvernance de certains des «éléphants » de l’ESS…

Le blog de Dominique Guizien

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *